Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 mai 2014 2 06 /05 /mai /2014 15:54

Voici un web reportage particulièrement intéressant, tant sur la forme que dans le fond, qui nous permet de mieux connaître l'entreprise agro-alimentaire suisse Nestlé.

De ses origines à son fonctionnement actuel et son rayonnement mondial, la compagnie est passée au crible, et les sujets abordés sont pour la plupart passionnants et instructifs.

J'ai particulièrement apprécié le reportage sur Perrier, propriété depuis 1992 du géant hélvète, qui montre comment les habitants de Vergèze, commune du Gard sur laquelle est produite l'eau de Perrier, se bat pour que Nestlé ne galvaude pas cette marque.

Les pastilles sur le café et le film sur l'impact environnemental des capsules Nespresso sont tout aussi intéressants.

Hélas, la partie nutrition des produits des marques Nestlé est une peu légère, malheureusement manichéenne et pas toujours très rigoureuse : dommage!

Cela dit, cela reste un reportage que je vous conseille de visionner!

 

Published by Béatrice Carraz - dans Industries agro-alimentaires
commenter cet article
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 16:13

Le rapport de l'ANSES, intitulé "évaluation des risques liés aux pratiques alimentaires d'amaigrissement", publié en novembre 2010, a été très relayé dans la presse. Mais force est de constater que tout n'a pas été dit sur le contenu de ce rapport. Alors, je m'y attelle!

 

Tout d'abord, nous pourrions nous étonner que l'un des auteurs des régimes étudiés soit présent dans le groupe de travail évaluant les risques : Jacques Fricker a t'il participé à l'analyse de son régime? Ce serait un comble, mais comment suspecter l'ANSES - Agence Nationale de Sécurité Sanitaire - de manque de transparence et de dépendance à l'égard du microcosme médical?

 

Deuxièmement, la description de tous les régimes en fonction de leurs différents apports nutritionnels mériterait d'être porter plus avant à la connaissance du grand public : je conseille en tout cas  vivement à tous ceux qui souhaitent entreprendre ce type de régimes d'aller lire ces informations, elles sont édifiantes! (Rapport ANSES)

 

Troisièmement, en ma qualité de professionnelle de la nutrition, je m'indigne qu'aucun journaliste n'est rapporté l'aspect à mon sens le plus intéressant du rapport, à savoir les conséquences psychologiques et comportementales des régimes amaigrissants.

Car toute la question est là : combien de patients ai-je en consultation qui, après de nombreuses tentatives de régimes, sont psychologiquement atteints, en perte d'estime de soi et dans l'incapacité de vivre une alimentation normale? Combien, malgre tous ces essais, sont en surpoids, voire obèses? Combien naviguent sans cesse entre culpabilité et frustration? Combien ne se sentent pas bien?

 

Je tire du rapport quelques phrases clés :

 

"En matière d'amaigrissement, la désillusion supplante le succès et l'espoir des premiers temps"

"A cours terme, l'entreprise d'un régime amaigrissant a toujours un effet positif. [...] A long voire moyen terme, la désillusion est le plus souvent amère."

" Les préoccupations parentales sur le poids de leurs enfants et leurs efforts pour restreindre leurs consommations alimentaires (ont) un retentissement psychologique négatif sur l'estime de soi et la confiance en soi physique et intellectuelle des fillettes dès l'âge de 5 ans".

 

Sur le plan comportemental, ce n'est pas mieux :

 

"La seule intention de manger moins pour peser moins crée l'état de restriction cognitive, qui se traduit par une hypophagie chronique, éventuellement entrecoupée d'accès d'hyperphagie  [...] lorsque la désinhibition fait échec à la volonté de contrôle. C'est ainsi qu'elle peut  paradoxalement conduire à manger d'autant plus et plus mal que si l'on n'avait pas chercher à manger bien et moins pour peser moins"

 

En résumé, plus on cherche à limiter son alimentation (en restreignant le type d'aliments consommés, ou en en limitant intellectuellement les quantités) à un moment donné, plus on risque d'en manger plus et trop à un autre moment.

 

"Le retentissement psychologique, physiologique, comportemental et pondéral à long terme de l'entreprise chronique de contrôle alimentaire n'est pas anodin. En privilégiant les informations cognitives, extérieures au sujet, [...], la restriction cognitive tend à courcircuiter les signaux physiologiques de faim et de satiété."

 

En conclusion : "l'inefficacité à long terme des régimes amaigrissants est aujourd'hui argumentée, et leurs effets potentiellement aggravants du poids sont admis par les cliniciens".

 

Mais probablement pas par tous ceux qui vendent produits et bouquins "pour perdre du poids"!  

 

Si vous souhaitez perdre du poids, ne cherchez pas de solution miracle, et commencez par vous pencher sur votre comportement alimentaire : comment mangez-vous, dans quelles conditions, dans quel état, êtes-vous attentif à ce que vous mangez, trouvez-vous cela gouteux ou insipide etc... 

 

J'aurai l'occasion de revenir sur ces notions dans de prochains posts.

 

Published by Béatrice Carraz - dans Perdre du poids
commenter cet article
26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 09:35

Cette recommandation, maintenant bien déclamée par la majorité des français, n’en reste pas moins incomprise et mal interprétée.

D’ailleurs, sur le plan de l’interprétation, les industriels s’en donnent à cœur joie, et promeuvent habilement des produits à base de fruits, qu’ils nous font prendre pour ce qu’ils ne sont pas tout à fait.

Cette enquête, réalisée au mois d’octobre 2010, a pour objectif de mettre en lumière les différences majeures qui existent entre ces produits et … une portion de fruits, car quasiment tous ceux étudiés ici se disent être un équivalent fruitier. Or, même s’ils sont « à base de fruits » ils diffèrent grandement (et souvent sur plusieurs aspects) des fruits dont ils se réclament être les proches parents.

voir le tableau comparatif

Parlons tout d’abord du point de départ : une portion de fruits équivaut à 80 g de fruits, quelque soit le fruit.
Le fruit pris en exemple dans le tableau de comparaison est la pomme car il s’agit d’un fruit courant, disponible maintenant tout au long de l’année.

Sur le plan énergétique, on peut voir qu’il n’y a pas photo : à part la compote sans sucre et Knorr Vie Pomme/carotte/fraise qui restent assez proche de l’apport énergétique de la portion de pomme, tous les autres produits sont largement au dessus, jusqu’à atteindre près de 4 fois l’apport énergétique du fruit (pour le liégeois de fruits Andros et le Cocktail de fruits Saint Mamet).

En terme de coût, aucun produit n’est moins cher que la portion de pomme. Le seul produit équivalent sur ce plan financier est le pur jus d’orange de marque Carrefour, mais qui apporte 3 fois plus d’énergie pour la portion recommandée, et surtout aucune fibre, ce qui reste l’un des principaux intérêts nutritionnels des fruits !

Pour certains produits, on observe des apports nutritionnels que l’on ne trouve pas dans la portion de fruits : le liégeois de fruits apporte près de 7 g de lipides, nutriment totalement absent des fruits. Pourtant, le fabricant communique sur « une nouvelle occasion de manger des fruits » ! Ces produits sont des desserts, qui permettent de varier l’alimentation, et dans cette optique, il n’est nul besoin de leur donner une qualité nutritionnelle usurpée, qui peut induire les consommateurs en erreur : je rapporte ici le commentaire d’une maman, qui m’a confirmé qu’elle achetait les liégeois aux fruits car « c’était mieux pour la santé de son fils que les liégeois au chocolat, et que comme ça, au moins, il mangeait des fruits ».
Pour info
: liégeois saveur café/chocolat Carrefour*, 100 g, 0,47 € le pot, 2,2 g de protéines, 5.7 g lipides, 21 g glucides, 144 kcal – je ne vois pas en quoi c’est moins bon pour la santé que le liégeois fruits !!
Quant à l’équivalence fruits de ce liégeois de fruits, elle est inexistante puisque le produit apporte peu de fibres, beaucoup de lipides, tout à l’inverse d’un fruit.

Enfin, que dire de l’étiquetage du cocktail de fruits Saint Mamet, qui propose une petite boite individuelle pesant 212 g (125 g égoutté) et qui professe que 150 g de ce produit (égoutté ou pas ?) égale une portion de fruits : de toute façon, il faut faire un sérieux calcul pour savoir combien de fruits on mange !

 

* Infos sur ooshop.com, le 18 novembre 2010

Published by Béatrice Carraz - dans Industries agro-alimentaires
commenter cet article
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 09:32

Après un revers aux USA en 2009 pour ces mêmes produits (voir article précédent), Danone renonce à promouvoir les effets santé de ses deux produits phare : Activia et Actimel. Anticipant peut-être un avis défavorable de l'EFSA (l'organe européen de sécurité des aliments, chargé de vérifier le fondement des allégations nutritionnelles et de santé : www.efsa.europa.eu/fr), Danone a préféré suspendre de lui-même ses publicités et argumentaires marketing, qui allégaient des effets santé pour ces deux produits.

Depuis l'épisode américain, les allégations avaient déjà été modifiées et étaient beaucoup moins précises sur les effets de ces deux laits fermentés.

Published by Béatrice Carraz - dans Industries agro-alimentaires
commenter cet article
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 09:50

 

En septembre dernier, l'annonce tombe que la filiale américaine de Danone (The Danonn Co) provisionne un fond d'indemnisation de 35 millions de dollars pour règler une plainte collective pour publicité mensongère : des consommateurs d'Activia et de Danactiv ont en effet porter plainte contre Dannon, estimant que la société avait surestimé les bienfaits de ses produits.
Dans le cadre de l'accord trouvé (Dannon ne voulant pas aller jusqu'au procès), l'entreprise s'engage à rembourser les consommateurs qui ont consommé ses deux produits dans l'espoir d'améliorer leur santé, et à modifier certaines allégations sur ces deux laitages.

En ce qui concerne les produits de la marque Activia, contenant du Bifidus Regularis, Dannon doit établir que les effets sont "cliniquement prouvés" ou "scientifiquement prouvés" pour aider à régulariser le transit intestinal. D'autre part, Dannon s'engage à mentionner sur les emballages que le produit participe à l'amélioration du transit intestinal lent dans le cadre  d'une consommation quotidienne, pendant 2 semaines, et dans le cadre d'une alimentation équilibrée et d'une vie saine.

Dannon s'engage également à supprimer le terme "immunité" de ces arguments marketing pour DanActive, et à modifier l'assertion selon laquelle le yogurt a "un effet positif sur le système immunitaire de votre tube digestif" en "interagit avec le système immunitaire de votre tube digestif".

Sur les sites internet des deux marques, dans les foires aux questions, Dannon doit préciser que les deux produits sont des produits alimentaires et non des traitements pour quelque pathologie ou désordre que ce soit.
(plus d'infos sur le règlement de la plainte collective - en anglais!)


Il est bien dommage que de telles actions n'aient eu lieu en France, et que cette information n'est pas été relayée par les associations de consommateurs : après recherche sur les sites  de "Que Choisir" et de "60 Millions de consommateurs", aucune mention de cet accord n'a été retrouvée!

Pourtant, Danone reconnaît implicitement que ces produits n'ont pas les effets promus jusqu'à présent. D'ailleurs, est-ce par précaution que l'entreprise a modifié ces publicités, notamment télévisuelles, ces dernières semaines en France???

Published by Béatrice Carraz - dans Industries agro-alimentaires
commenter cet article
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 16:18

Après avoir vu plusieurs fois d'affilé la pub pour les produits laitiers diffusée en ce moment, l'envie me démange d'apporter des commentaires sur cette famille d'aliments.
Certes les produits laitiers en général sont des bons contributeurs en calcium, qui sert, comme la pub nous le montre si bien, à la formation et l'entretien de la masse osseuse.

Mais un certain nombre d'entre eux n'apporte quasiment pas de calcium - notamment d'ailleurs ceux appréciés par les enfants, et souvent formulés pour eux :
une portion de Kidiboo couvre seulement 9% des Apports Journaliers Recommandés (AJR) en calcium (vu sur le site du groupe BONGRAIN - fabriquant du "fromage" en question)
idem pour P'tit Louis Coque, ou le nouveau fromage à presser X-press (toujours fabriqué par le même groupe)
quant au Saint Moret, c'est pire : 30 g couvrent 4,5% des AJR!!
Chez BEL, Kiri à la crème de lait  apporte 100 mg de Calcium pour la portion de 20 g, soit 12,5% des AJR (vu sur le site de Kiri) et la vache qui rit apporte 56,6 mg de calcium par portion de 16,6 g.

Sachez également que les "fromages" servis en restauration collective sont souvent des produits laitiers pauvres en calcium : appelés Cantadou, Chanteneige, Cantafrais etc., tous ces fromages à tartines ont pour seul mérite d'être ... peu onéreux.

Enfin, dernier point de repère : 30 g de gruyère apportent 310 mg de calcium, à titre de comparaison! (source : table CIQUAL)

Bref, la recommandation des "3 produits laitiers par jour" mériterait d'être complétée par une information sur la teneur en calcium des produits laitiers.

Published by Béatrice Carraz - dans Lobbies et influences
commenter cet article
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 10:13

Comme vous le savez, Mai est LE mois des régimes : les publicités pour les produits qui vous aideront à atteindre le poids rêvé abondent dans les magazines et à la télé.

Je ne peux m'empêcher de réagir à cette publicité vue il y a quelques jours.  Elle concerne les bouchées chocolatées "délice minceur" de Gerlinéa. Ces petites barres (20 g) sont, selon la pub, "idéales en période de régime". Elles n'apportent que 68 kcal, et proposent selon l'argumentaire de Gerlinéa un profil nutritionnel optimal.

Je recopie le pitch, édifiant, trouvé sur le site (www.gerlinea.fr) pour ce produit (recopié tel quel, avec les fautes!) :

"Plus qu'une pause minceur... c'est un Délice!" Prenez soin de votre ligne au quotidien tout en savourant ce duo gourmand Chocolat et menthe.
Mieux qu'une barre classique? Une barre qui a deux fois moins de sucres et 4,5 fois plus de protéines que la moyenne des barres chocolatées classiques
Elle apporte 50% de graisses en moins pour seulement 68 kcal.
Les barres délice minceur saveur sont des collations idéales, vos alliées minceur au quotidien!
Elles vous suivront partout pour vous aider à perdre du poids ou à garder la ligne.
AVANTAGES
Les barres Délice minceur sont des collations minceur idéales car elles ont un profil nutritionnel optimal :
-hypocaloriques
Une barre apporte seulement 68 kcal
-appauvries en glucides (sucres) et en lipides (graisses). Une barre Délice minceur apporte 50% de lipides en moins qu'une barre chocolatées classique et 2 fois moins de sucres que la moyenne des barres chocolatées classiques
-riches en tri-protéines
La protéine est le nutriment allié de la minceur puisqu'elle est reconnue pour :
- favoriser le maintien de la masse musculaire
- limiter la sensation de faim (en étant "calé", on évite de craquer avant le repas suivant)
- activer la thermognèse (c'est-à-dire les dépenses énergétiques lors de la digestion)
Les recettes Gerlinéa sont élaborées à base de tri-protéines : des protéines issues de 3 sources différentes (lait, soja, oeuf), afin de profiter au mieux de leur synergie naturelle.

Tout cet argumentaire me fait doucement rire : pour perdre du poids, il suffit d'avoir un apport énergétique inférieur à ses dépenses. Peu importe que cette énergie vienne de protéines, de lipides ou de glucides. Quant à l'augmentation de la thermogenèse lors de la digestion des protéines, cela représente très peu d'énergie pour la quantité de protéines présente dans la bouchée. Et pour limiter la sensation de faim, il faut en manger plusieurs!!

J'ai acheté les bouchées chocolat-menthe : j'ai payé le paquet de 8 bouchées 4,64 €, soit 0,58 € la portion.
Je les ai goûtées : le goût menthe est très présent, presque "pharmaceutique" en fin de bouchée. Quant au chocolat, la menthe est tellement présente que le goût chocolat n'est pas perceptible. Ces bouchées étant peu sucrées, je ne les trouve pas très satisfaisantes sur le plan gustatif.
La texture de la bouchée n'est pas très agréable : la pâte intérieure est vraiment... pâteuse. Quant à la couverture de chocolat, elle n'est pas craquante, plutôt molle.
Sur le paquet, on recommande de faire deux collations avec les délices minceur : une le matin, une l'après-midi, dans le but de se faire plaisir sans culpabiliser si l'on a faim, soit 136 calories sur la journée et 1,16 €!.

En même temps, j'ai acheté du chocolat Lindt Excellence Noir Menthe intense (pour rester dans les mêmes saveurs) : la menthe est très présente à l'odeur, puis beaucoup plus subtile lorsque l'on met le chocolat en bouche. La qualité du chocolat noir n'est pas comparable au produit précédent, pourtant le taux de cacao n'est pas spécialement élevé (47%). C'est (en ce qui me concerne), beaucoup plus satisfaisant sur le plan gustatif que les bouchées Gerlinéa.
Et sur le plan énergétique, en consommant 20 g de chocolat (soit deux gros carrés), l'apport énergétique sera de l'ordre de 110 kcal, soit moins que ce que propose Gerlinéa.

Alors pas d'hésitation : prenez donc du vrai et bon chocolat si vous en êtes en amateur, plutôt que d'aller sur ce type de produits carrément plus cher et drôlement moins bon (chocolat Lindt : 1,75 € les 100 g, soit 0,35 € les 20 g), même si vous souhaitez perdre du poids!!

Pour info, la liste des ingrédients des bouchées Gerlinéa : personnellement, ça ne me donne pas envie du tout!
Protéines de lait et de soja, Chocolat noir de couverture (25%) [pâte de cacao, sucre, beurre de cacao, matière grasse de lait, émulsifiant : lécithine de soja, arôme naturel vanille, dextrose de blé], fibres (fructoligosaccharides, polydextrose de blé), stabilisants : sirop et poudre de sorbitol de blé et glycérol d'origine végétale, Fructose, Blanc d'oeuf en poudre, Fibres de betterave, Emulsifiant : lécithine de colza, Arôme, Huile essentielle de menthe, Colorant : chlorophylle, Huiles de soja et de colza.


Autre nouveau produit vu à la télé : les "Spécial K mini breaks nature", bouchées aux céréales, enrichies en vitamines et en fer, "idéal pour votre pause", selon l'argumentaire commercial. Un sachet de 24 g apporte 98 kcal (pour ne pas dire 100 kcal!), presque autant que 20 g de chocolat!!.
La lecture de la composition laisse rêveur : céréales (riz, farine de blé, avoine complète, blé complet, farine de riz), sucre, huile végétale, germe de blé, sirop de glucose, germe de blé dégraissé, poudre de lait écrémé, sirop de sucre inverti, sel, fibres d'avoine, arôme de malte d'orge, poudre à lever (E500 - E450a), émulsifiant (lécithine de soja), antioxydant (E320), vitamines, fer.
La boite contient 5 sachets, et coûte 2,45 € - soit 0,49 € la portion

A bon entendeur...

 

 

Published by Béatrice Carraz - dans Perdre du poids
commenter cet article
25 février 2008 1 25 /02 /février /2008 16:29

C'est le titre de l'émission "Rue des entrepreneurs" diffusée samedi 23 février 2008 sur France Inter, à l'occasion de l'ouverture du Salon de l'Agriculture.

Elle fait le point sur la situation alimentaire mondiale : si le XXème siècle a permis de diminuer le pourcentage d'êtres humains qui ne mangent pas à leur faim (18% en 2008), rien n'est gagné pour les années à venir.

La hausse des matières premières coûte en effet plus aux pauvres qu'aux riches :  dans les pays développés, la majeure partie du coût d'un aliment est lié à la main d'oeuvre, et pas aux matières premières nécessaires à sa fabrication - ce qui rend d'ailleurs assez inexplicable l'augmentation de prix de certains aliments aujourd'hui en France (voir l'enquête de 60 millions de consommateurs sur le sujet!).
En revanche, dans les pays plus pauvres, la matière première peut représenter jusqu'à 60% du coût de l'aliment : on voit l'impact que la hausse de matières premières peut avoir sur la consommation dans ces cas-là. Rien ne nous dit donc que la situation ne se dégradera pas.
Le monde a d'ailleurs à gérer deux situations antagonistes : d'un côté, on dépense de l'énergie pour enlever des nutriments dans des aliments que l'on trouve trop riche sur le plan nutritionnel (cf tous les aliments "allégés" qui coûtent plus chers que leurs pendants classiques), et de l'autre, on se bat contre la sous-alimentation.

Incontestablement, la hausse des prix des matières premières agricoles n'est pas prête de s'arrêter :
- la hausse du prix du pétrole joue sur le coût de production
- les accidents climatiques sont de plus en plus nombreux et importants, et impactent les rendements
- de nouveaux consommateurs apparaissent (Inde et Chine notamment)

Dautant que ces nouveaux consommateurs intégrent des aliments d'origine animale qu'ils consommaient peu. Or, les productions animales coûtent en général plus chères que les productions végétales, et nécessitent donc plus de surfaces agricoles, alors que l'on constate en même temps une diminution des surfaces cultivables dans le monde.

Cela me laisse à penser que dans un futur pas si lointain, nous devrons sans doute revoir nos orientations alimentaires. Et si cela allait de pair avec une alimentation de meilleure qualité??
C'est en tout cas une réflexion à mener, particulièrement intéressante.

Pour en savoir plus : Rue des entrepreneurs

Published by Béatrice Carraz - dans Emissions - bouquins
commenter cet article
20 février 2008 3 20 /02 /février /2008 10:40

J'ai reçu la semaine dernière plusieurs publications issues d'interprofessions, dont l'objectif est de promouvoir les produits et aliments que leurs adhérents fabriquent et vendent.

Il est assez amusant de voir vanter dans des publications luxueuses les caractéristiques nutritionnelles des aliments, soutenus par la mise en avant d'études scientifiques qui "prouvent" les bienfaits de ces aliments. Bien entendu, ces publications ne mettent en avant aucune étude ou aucun argument qui modérerait l'intérêt nutritionnel de ces mêmes aliments. On est donc devant une information partiale, qualifiée pourtant de scientifique et rigoureuse, bref une publicité!

Ces mêmes interprofessions organisent à destination du grand public, nombre de manifestations destinées à promouvoir - disent-ils - l'équilibre alimentaire. Ne nous leurrons pas : leur perception de l'équilibre alimentaire passe nécessairement par la consommation de leurs produits, et bien sûr par leur promotion.
Or, il est possible d'avoir une alimentation nutritionnellement satisfaisante, sans forcément consommer de viande, ou de produits laitiers, ou de bière,ou de pommes, ou de chocolat!!
Cela demande juste un peu de réflexion et surtout, un peu de distance par rapport à toutes les informations publicitaires, même si elles s'appuient sur des arguments nutritionnels!

Published by Béatrice Carraz - dans Lobbies et influences
commenter cet article
11 février 2008 1 11 /02 /février /2008 17:43

Diététicienne en libéral depuis un certain nombre d'années, j'anime depuis 2002 le site www.alimentation-et-sante.com.
Mais il me manquait une partie interactive, afin que les lecteurs puissent réagir à certains articles.
Voilà chose faite.
D'autant que l'alimentation et la nutrition sont des sujets qui se prêtent aujourd'hui plus que jamais à la discussion et aux réactions, des profanes comme des spécialistes.

Ce blog est donc né de l'idée de partager avec vous les réflexions, les idées et les "coups de gueule" que me valent mon métier.

beatrice-copie-1.jpg

Published by Béatrice Carraz - dans L'auteur
commenter cet article

Présentation

  • : Alimentation et Santé
  • Alimentation et Santé
  • : Réflexions, indignations, coups de gueule mais aussi coups de projecteur ou encore initiatives intéressantes autour de l'alimentation et de la nutrition : voilà de quoi nous parlons!
  • Contact

Recherche